Yémen : la guerre redouble d’ardeur, catastrophe humanitaire

Yémen : la guerre redouble d’ardeur, catastrophe humanitaire

 

Rappel du contexte

 

Les Houthis, soutenus par l’Iran, lancent des attaques contre l’Arabie saoudite tandis que la coalition menée par l’Arabie saoudite fait pleuvoir d’immenses quantités de bombes contre les Houthis.

Cela fait 5 années que la coalition a démarré son intervention.

 

Le conflit au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, surtout civils, et entraîné ce que l’ONU décrit comme étant la pire crise humanitaire dans le monde.

Environ 24 millions de Yéménites, soit plus des trois quarts de la population, ont besoin d’aide. Et 3,3 millions de personnes au Yémen sont déplacées.

 

 

Vaste échange de prisonniers de guerre

 

Dans le cadre d’un accord conclu en Suède en 2018, le gouvernement et les Houthis sont parvenus à un accord sur l’échange de 1.081 prisonniers, salué par l’envoyé spécial de l’ONU comme le “plus important” depuis le début du conflit.

 

L’échange de prisonniers intervient au lendemain de la libération de 2 Américains détenus par les Houthis. D’autres libérations sont prévues.

Selon l’accord de 2018, l’échange doit porter sur 15.000 détenus au total.

De petits échanges ont eu lieu auparavant mais celui-ci représente le plus important.

 

 

 

Les combats redoublent

 

Après un mois de calme relatif dans la ville stratégique d’Hodeïda, les combats ont repris entre les forces du gouvernement et les rebelles houthis.

Ces combats sont d’autant plus préoccupants que l’aide humanitaire est acheminée en grande majorité par le port d’Hodeïda.

 

Les combats redoublent aussi d’ardeur car les Houthis veulent absolument s’emparer du « triangle d’or » : Marib – Shabwa – Hadramawt, zone riche en gaz et pétrole.

 

Mais aussi densément peuplée. Certaines sources affirment qu’un million de personnes ont été déplacées à Marib depuis le début du conflit.

Donc avec ces nouveaux combats, des milliers de personnes fuient de nouveau : 90 000 personnes auraient été déplacées en neuf mois.

 

Le STC (les sécessionnistes du sud) s’intéresse également à cette zone.

Les Houthis tiennent depuis 2014 la capitale Sanaa, à 120 km à l’ouest de Marib, et poursuivent leur offensive à l’est afin de parachever leur contrôle du nord du Yémen.

Les combats menacent maintenant 140 camps de déplacés de la province, notamment le grand camp de Souwaïda.

 

 

L’ONU ferme 3000 centres de soins au Yémen par manque de financement

 

Alors que le Yémen fait face à l’une des pires catastrophes humanitaires au monde, l’ONU ferme totalement ou partiellement 3 000 centres de soins par manque de financement. L’ONU a beau organiser des conférences de bailleurs pour lever des fonds, l’aide internationale reste insuffisante.

 

Cela alors que 80% de la population yéménite dépend entièrement de l’assistance des Nations unies. Les Yéménites souffrent de famine.

De plus, la pandémie de Covid-19 fait des ravages.

Le PAM s’efforce donc d’utiliser au mieux ses ressources limitées.

 

4 1 vote
Évaluation de l'article
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x