Égypte : le retour à la normale n’est pas acquis.

1- Des clefs pour comprendre
Voilà 10 jours que le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans, a été chassé du pouvoir par la rue et la pression internationale. Ce fut une vague de contestation sans précédent contre son régime.
Inspirées par la révolution tunisienne, qui a eu raison du président Ben Ali le 14 janvier, des centaines de milliers de personnes ont manifesté durant 18 jours.
Après une répression entraînant 365 morts, 5500 autres blessées et des centaines d’arrestations, et malgré quelques concessions, le “raïs” a finalement démissionné, le 11 février.

L’armée, qui a été chargée d’assurer la transition, a promis de remettre le pouvoir aux civils.
Le départ de Moubarak était la principale exigence des manifestants. Le président, 82 ans, était accusé de tous les maux dans ce pays de 80 millions d’habitants -pauvreté, chômage, privation de libertés et régime policier.
En Égypte, plus de 40% de la population vit en dessous d’un seuil de pauvreté de deux dollars par jour et par personne.

Les manifestants, qui réclament aussi la démocratie, la libération des prisonniers politiques et la levée de l’état d’urgence, en vigueur depuis 30 ans, surveillent désormais l’armée.
Le Conseil suprême des forces armées dirigé … Lire la suite

AILLEURS DANS LE MONDE…

Pendant que les grands médias se concentrent sur quelques sujets d’actualité, dont la révolution égyptienne, nous n’oublions pas le reste du monde…

Lundi 21 février 2011 – Guerre civile en Libye
En Libye, Kadhafi est arrivé au pouvoir en 1969 et s’est autoproclamé “Guide de la révolution”. Il exerce depuis un pouvoir sans partage.
Suite aux révolutions en Tunisie et en Égypte, des manifestations ont éclaté en Libye.
Plusieurs villes sont tombées aux mains des manifestants à la suite de défections dans l’armée.
Les violences ont atteint la capitale Tripoli, alors que Seif Al-Islam, le fils du leader contesté Mouammar Kadhafi, a brandi la menace d’un bain de sang dans le pays.
Le bilan des manifestations a atteint 233 morts, a indiqué lundi matin Human Rights Watch.
Source : AFP

 

Lundi 21 février 2011 – Bahreïn : des manifestants appellent au “renversement” de la famille royale
Comme dans beaucoup de pays du Moyen-Orient, des manifestations ont éclaté au Bahreïn, où la famille royale au pouvoir est sunnite. La majorité chiite (70% des 525.000 citoyens de Bahreïn) se plaint de subir des discriminations.
Une semaine de contestation a fait au moins 8 morts et plusieurs centaines de blessés.
Les souverains ont … Lire la suite

Niger : le taux de malnutrition chez les enfants reste alarmant, selon l’UNICEF

Malgré une bonne saison agro-pastorale 2010, la situation nutritionnelle des enfants demeure alarmante au Niger où plus de 15 enfants sur 100 souffrent de malnutrition aiguë selon les résultats d’une enquête sur la nutrition de l’enfant rendus publics en décembre, a indiqué le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).
Le gouvernement du Niger, l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM) appellent la communauté internationale à intensifier ses efforts et mobiliser tous les moyens pour lutter contre la malnutrition infantile et ses causes structurelles, et ainsi, répondre durablement aux besoins des plus vulnérables.

Selon l’enquête nutrition, la prévalence de la malnutrition aiguë globale chez les enfants de moins de cinq ans au Niger, bien qu’elle soit passée de 16,7 à 15,5% entre juin et novembre 2010, demeure au-dessus du seuil d’urgence de 15%, dans cinq des huit régions du pays. La situation des enfants âgés de 6 à 23 mois est elle aussi particulièrement préoccupante, puisque plus d’un quart d’entre eux souffrent également de malnutrition aiguë globale.

En demeurant à un seuil très élevé de 3,2% chez les moins de cinq ans, la malnutrition aiguë sévère accroit dramatiquement le risque de mortalité dans cette tranche d’âge, mais elle touche également … Lire la suite

Les rebelles de la LRA accusés d’avoir tué des civils en République Centrafricaine

AP – Un mouvement rebelle, à qui l’on attribue la mort de plusieurs centaines de personnes au Congo-Kinshasa, est également accusé de perpétrer des attaques meurtrières contre des civils en République Centrafricaine.
Selon un responsable centrafricain, Remy Semdouto, les rebelles ougandais de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) ont tué dix civils dans des attaques lundi soir dans l’est du pays.
Remy Semdouto a affirmé mardi que les civils dans la région devaient se défendre eux-mêmes. Quelque 50 personnes ont été enlevées, et un rebelle a été tué par les villageois.

L’Armée de résistance du Seigneur est considérée comme une des armées de rebelles les plus brutales d’Afrique, et ses dirigeants sont sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI).
Dimanche, l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW) a accusé les rebelles de la LRA d’avoir perpétré un massacre ayant fait 321 morts et enlevé 250 personnes, dont 80 enfants, en décembre 2009 dans la région de Makombo, située dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). La LRA nie ces accusations.

Lire aussi « RDCongo : la guerre continue »

Lire la suite

RDC : la MONUC va héliporter des gorilles pour les protéger

Les Casques bleus de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) vont transporter par hélicoptère neuf gorilles orphelins de la région de Goma (RDC) et du Rwanda vers Kasugho, près de la réserve naturelle de Tayna, suite à la demande de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).

« Protéger la Terre que nous partageons tous ne relève pas uniquement de la responsabilité des gouvernements », a déclaré le Représentant spécial de l’ONU en RDC et Chef de la MONUC, Alan Doss. « Cela nécessite une coopération à tous les niveaux pour combiner les efforts du gouvernement, des organisations non gouvernementales et des organisation internationales », a-t-il ajouté.

Les hélicoptères de la MONUC vont transporter en mai prochain trois jeunes gorilles de la région de Goma (province du Nord-Kivu) et six gorilles adolescents du Rwanda pour les remettre en liberté à Kasugho où ils seront protégés.
Les animaux seront accompagnés de vétérinaires, précise la MONUC. Les scientifiques de l’Institut congolais pour la conservation de la nature ont pensé que le transport par voie terrestre aurait été trop traumatisant.

On estime qu’il ne reste plus que 750 gorilles qui vivent dans les montagnes … Lire la suite

Ouganda : près d’un million de personnes menacées à Karamoja

NAIROBI, 29 mars 2010 (IRIN) – Au moins 900 000 personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire grave à Karamoja, au nord-est de l’Ouganda, suite à quatre années consécutives de pluies insuffisantes et de mauvaises récoltes, a dit le réseau du système d’alerte précoce FEWS Net.
« Dans l’ensemble, Karamoja est toujours en proie à une insécurité alimentaire généralisée », a observé FEWS Net dans sa mise à jour de mars.

Selon l’organisation, sur les 1,1 million de personnes que les estimations considèrent en situation d’insécurité alimentaire en Ouganda, au moins 81 pour cent se trouvent à Karamoja.
Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a dit à IRIN qu’il prévoyait de reprendre les distributions alimentaires dans la région en avril, car les habitants avaient épuisé le peu qu’ils avaient produit lors de la dernière récolte.

« Les précipitations irrégulières en 2009 ont en effet eu un impact sur les principales récoltes à Karamoja et c’est pourquoi le PAM a maintenu l’ensemble de ses opérations de distribution alimentaire à près de 90 pour cent de la population jusqu’en décembre », a dit Stanlake Samkange, directeur du PAM en Ouganda. « Cependant, selon une évaluation sur la santé, la nutrition … Lire la suite

Attentat à Kadiria : au moins deux militaires tués et cinq autres blessés, selon la presse algérienne

AP – Au moins deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés jeudi, dans un attentat perpétré par des terroristes islamistes, à proximité de la ville de Kadiria, située à 80km au sud-est d’Alger, rapporte vendredi le quotidien algérien “El Watan”.
Une patrouille de militaires a sauté sur des engins explosifs enfouis sous terre, visiblement actionnés à distance, selon le journal, qui cite des sources sécuritaires.

Les deux bombes ont explosé en début d’après-midi et ont fait deux morts et sept blessés, a raconté le journal arabophone “El Khabar”, l’un des plus gros tirages de la presse algérienne, qui a ajouté que les militaires avaient ensuite déclenché une opération de ratissage.
Par ailleurs, trois terroristes ont été abattus au cours d’une autre opération de ratissage des services de sécurité, dans la nuit de jeudi à vendredi, à Sidi Ali Bounab, un massif forestier à 100km à l’est d’Alger, a également expliqué “El Watan”. Un autre terroriste a aussi été arrêté et deux armes de fabrication russe de type Seminov, ainsi qu’une Kalachnikov, ont été trouvées, d’après le quotidien.

L’opération, qui se poursuivait, a été engagée mercredi sur la base d’informations recueillies par les services de sécurité et faisant … Lire la suite

Togo : le gouvernement et l’opposition signent une trêve

AP – Le gouvernement togolais et l’opposition ont signé une trêve provisoire dans le cadre de laquelle ils s’engagent à oeuvrer en faveur de la paix, de la loi et de l’ordre, suite aux récentes manifestations de l’opposition qui contestait les résultats de l’élection présidentielle, a annoncé samedi un responsable de la sécurité du pays.

Le colonel Damehane Yark a précisé que les représentants des deux parties s’étaient rencontrés vendredi. Il a ajouté que l’opposition avait aussi accepté d’annuler une manifestation prévue pour samedi.
La Cour constitutionnelle du Togo a confirmé la victoire avec près de 61% des voix de Faure Gnassingbé, fils de l’ancien dictateur Gnassingbé Eyadéma, à l’élection présidentielle du 4 mars, écartant les accusations de fraude électorale lancées par l’opposition.
Faure Gnassingbé s’est emparé du pouvoir en 2005 après la mort de son père. La même famille dirige le Togo depuis 43 ans.… Lire la suite

Quand le plus grand pays d’Afrique veut exploiter son trésor solaire

KHARTOUM (AFP) – Plus grand pays d’Afrique, coincé entre le Sahara et l’équateur, le Soudan souhaite exploiter la manne de son énergie solaire pour développer l’économie du Darfour, une région en proie aux violences, ont indiqué des responsables soudanais à l’AFP.
“Le potentiel est énorme au Soudan et favorise le développement de notre programme pour les énergies renouvelables en général et solaires en particulier”, a affirmé dans un entretien à l’AFP, Omer Mohamed Kheir, secrétaire général au ministère soudanais de l’Energie.

Le Soudan est le cinquième producteur pétrolier en Afrique –les trois-quarts de sa production sont exportés en Asie– et multiplie les barrages hydro-électriques sur le Nil afin de répondre à la demande croissante en énergie.
“Notre pays se développe rapidement, c’est pourquoi notre plan stratégique prévoit une production de 20.000 mégawatts (de plus) au cours des 20 prochaines années”, a assuré ce haut responsable.

“L’hydro-électricité comptera pour 20-25%, mais le reste devra venir d’autres sources comme les biocarburants, l'(énergie) éolienne, solaire, le gaz naturel, voire peut-être le nucléaire”, a-t-il ajouté.
“L’énergie solaire demeure onéreuse en comparaison aux énergies conventionnelles, mais nous pensons que les nouveautés technologiques vont permettre de faire baisser ces coûts”, estime-t-il.
La société française Solar Euromed … Lire la suite

Tchad : taux de malnutrition en hausse dans l’ouest

Les taux de malnutrition ont augmenté dans l’ouest du Tchad, dans la région de Kanem, où les pluies tardives ont provoqué des pénuries alimentaires sévères. La situation a été exacerbée par le fait que les communautés locales ont un accès très limité aux soins de santé de base et à l’eau salubre, s’inquiète le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Adam Abdulai vient tout juste d’avoir un an. Pourtant, il peut à peine bouger, et encore moins se mettre debout et marcher. Adam et une dizaine d’autres enfants émaciés sont couchés sur des matelas dans le centre d’alimentation de Mao, dans l’ouest du Tchad, sous le regard inquiet et impuissant de leurs mères et de leurs grand-mères.

« Quand j’étais enceinte, nous n’avions pas beaucoup de nourriture. Je mangeais de la boule de mil une ou deux fois par jour pendant ma grossesse, » raconte Hawa, la mère d’Adam. « Après l’accouchement, je suis tombée très malade et j’ai perdu toutes mes forces. Je ne pouvais pas l’allaiter correctement. Au centre, nous avons appris l’importance de l’allaitement au sein, » ajoute-t-elle.
Hawa reçoit du lait thérapeutique au centre soutenu par l’UNICEF, ce qui lui permet de nourrir Adam une … Lire la suite

Mozambique : après les inondations

JOHANNESBOURG, 26 mars 2010 (IRIN) – Aujourd’hui, alors que le gros des inondations est passé, les communautés qui vivent le long des grands fleuves mozambicains se trouvent confrontées à d’autres difficultés graves : des milliers de personnes sont déplacées et l’accès aux vivres et à l’eau potable est limité.
Les cours d’eau du centre et du nord du Mozambique, en crue, ont atteint le niveau d’alerte rouge (juste inférieur à la déclaration de catastrophe) après plusieurs semaines de pluies torrentielles dans la région et en Zambie et au Zimbabwe voisins.

Le 23 mars, un bulletin hydrologique de la Direction nationale des eaux annonçait que « dans les 24 prochaines heures … on continuerait d’observer », dans les bassins du Zambèze et du Pungue, dans le centre du Mozambique, et dans le bassin du Messalo, dans le nord, « un niveau des eaux plus faible ». Le Conseil des ministres du Mozambique a baissé le niveau d’alerte à l’orange.

Si les mesures d’intervention adoptées pour faire face aux crues prendront progressivement fin, d’après Leila Pakkala, représentante du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et responsable de coordonner l’Equipe humanitaire nationale, « bon nombre des zones [touchées] sont déjà frappées par … Lire la suite

Ghana : payer les familles pour lutter contre le trafic d’enfants

ACCRA, 24 mars 2010 (IRIN) – Nana Yaw, un enfant de huit ans traité pour une infection respiratoire sévère à l’Hôpital de Winneba, dans la région Centrale, a été vendu par sa mère pour 50 dollars, en 2008. Pendant près de deux ans, ses propriétaires l’ont forcé à plonger plusieurs heures par jour pour ramasser des filets de pêche dans le lac Volta.
« Je mangeais une fois par jour et j’étais sévèrement battu à chaque fois que je me plaignais d’être malade », a-t-il dit à IRIN.

L’enfant a contracté une infection respiratoire sévère. Ses propriétaires l’ont déposé à l’hôpital et sont partis.
Son médecin, Dodi Abdallah, a dit à IRIN : « Il était presque inconscient quand nous l’avons reçu. Personne n’était là pour lui. Nous avons eu de la chance que quelqu’un connaisse sa mère ».

La mère de Nana Yaw, Susan Aidoo, a dit à IRIN pourquoi elle avait vendu son fils. « Son père était mort, et la famille m’accusait de l’avoir tué, donc ils refusaient de procéder aux rites funéraires. J’avais besoin d’argent, donc j’ai donné mon fils à un ami, qui m’a donné de l’argent pour les funérailles et pour que je puisse … Lire la suite

Ethiopie : le pouvoir musèle toute opposition à l’approche des élections

NAIROBI (AFP) – Le gouvernement éthiopien a multiplié ces dernières années les pressions et menaces pour diminuer l’influence de l’opposition et museler la presse et la société civile, a accusé mercredi l’organisation de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW).
Cette campagne vise, selon HRW, à s’assurer de la victoire aux élections législatives du 23 mai, tout en évitant les violences post-électorales de 2005.

Ces élections, marquées par une ouverture démocratique et une percée de l’opposition, s’étaient soldées par une victoire de la coalition au pouvoir depuis 1991. Les violences post-électorales avaient fait plus de 200 morts, essentiellement des manifestants de l’opposition tués par les forces de l’ordre.
Dans un rapport intitulé “100 manières de mettre la pression: violations des libertés d’expression et d’association en Ethiopie”, HRW décortique les pratiques du Front révolutionnaire et démocratique des peuples d’Ethiopie (EPRDF – coalition au pouvoir.

L’ONG estime notamment que l’emprisonnement de figures de l’opposition, à l’image de Birtukan Mideksa depuis décembre 2008, constitue la partie visible d’un travail de sape de l’opposition par le parti au pouvoir.
Celui-ci se joue dans l’Ethiopie rurale, qui concentre 85% de la population. Nombre de témoins interrogés par HRW ont expliqué que l’obtention de … Lire la suite

Libye : des dizaines d’islamistes libérés, dont les chefs d’un groupe armé

TRIPOLI (AFP) – La Libye a libéré mardi deux cent quatorze islamistes, dont trois dirigeants du Groupe islamique des combattants libyens (Gicl) qui s’était rallié à Al-Qaïda, qualifiant cette mesure d'”évènement historique”.
“L’Etat libyen annonce la libération de 214 prisonniers de différents groupes islamistes parmi lesquels 34 du Gicl, dont les trois dirigeants” Abdelhakim Belhaj, l’émir du groupe, Khaled Chrif, le chef militaire, et Sami Saadi, l’idéologue, a indiqué Seif Al-Islam, fils du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, lors d’une conférence de presse à Tripoli.

La Fondation Kadhafi, que dirige Seif al-Islam, avait annoncé en 2009 que les islamistes détenus dans les prisons libyennes et proches d’Al-Qaïda avaient rompu tout lien avec le groupe dirigé par Oussama ben Laden.
“Avec la libération de ces dirigeants, nous sommes arrivés à l’apogée de notre programme de dialogue et de réconciliation”, a-t-il poursuivi en référence à un “dialogue” entamé en 2007 par la Fondation Kadhafi avec les islamistes.

“Depuis le début de ce programme, 705 islamistes ont été libérés mais 409 sont toujours en prison”, a-t-il dit, précisant que “232 seront libérés prochainement”, dont des membres du Gicl.
“C’est un évènement historique, le processus va continuer jusqu’à la libération des derniers prisonniers”, a-t-il … Lire la suite

La Libye réclame un arbitrage international dans son conflit avec la Suisse

PARIS (AFP) – La Libye demande que la Suisse se plie à un “arbitrage international” pour régler leur différend sur les visas, a dit mardi l’ambassadeur libyen à Paris, Salah Zarem, en indiquant ne pas être au courant de la conclusion d’un accord dans la journée, évoqué lundi par l’Italie.
“La Libye est attachée au principe d’arbitrage international” et “la Suisse doit assumer ses responsabilités et mettre fin à son arrogance”, a déclaré l’ambassadeur lors d’une conférence de presse.
“Pourquoi la Suisse refuse-t-elle cet arbitrage international?”, a-t-il demandé en réclamant l’intervention du Parlement suisse pour pallier l’attitude d'”une ministre suisse des Affaires étrangères (Micheline Calmy-Rey) qui ne cherche pas une solution”.

La Suisse et la Libye sont en crise diplomatique depuis l’interpellation musclée, en juillet 2008 à Genève, d’un fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, Hannibal, sur plainte de deux domestiques l’accusant de mauvais traitements.
Interrogé sur cette plainte, Salah Zarem a répondu que les deux pays n’en étaient “plus à ce niveau”.
La Confédération helvétique a fait inscrire le colonel Kadhafi et 187 autres personnalités libyennes sur une liste noire de personnes ne pouvant plus obtenir de visas pour l’espace européen Schengen.
“C’est presque impossible pour le ministre libyen … Lire la suite

Sierra Leone : le processus de consolidation de la paix doit être renforcé

La lutte contre le chômage des jeunes, le trafic de drogue et la corruption et la tenue d’élections libres et transparentes en 2012 sont les priorités de la Sierra Leone, a estimé lundi le Représentant exécutif du Secrétaire général et chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Sierra Leone (BINUCSIL), Michael von der Schulenburg, lors d’un exposé devant le Conseil de sécurité.
« J’ai le sentiment que la Sierra Leone est un bon exemple de pourquoi la Commission de consolidation de la paix, le Fonds de consolidation de la paix et le soutien à la consolidation de la paix sont si importants pour ce que nous voulons réaliser sur le terrain », a déclaré M. von der Schulenburg.

Des progrès encourageants ont été observés dans la lutte contre le trafic de drogue. Le gouvernement sierra-léonais a mis en place une cellule de lutte anti-drogue renforçant ainsi le travail effectué par les Nations Unies en Sierra Leone, s’est félicité M. von der Schulenburg. Les arrestations récentes d’hommes politiques de haut niveau démontrent que les autorités sierra-léonaises ont pris « des mesures sans précédent » dans la lutte contre la corruption, a-t-il ajouté.

Afin d’assurer … Lire la suite

Darfour : l’ONU plaide pour la poursuite de l’assistance humanitaire

La situation au Darfour nécessite la mise en place d’une stratégie de transition qui allie la continuité des opérations d’urgence humanitaires pour les populations vulnérables et la mise en œuvre de programmes de développement afin d’assurer la réintégration des déplacés, a plaidé ce week-end au Caire et à Paris, le Représentant spécial de la Mission des Nations Unies et de l’Union Africaine au Darfour (MINUAD), Ibrahim Gambari.

« La situation n’est pas durable et aboutira, sur le long terme, à une fatigue de l’aide, à l’effondrement des systèmes de services établis et engendrera la reproduction de vices sociaux qui pourront causer de sérieux préjudices et des dommages aux communautés et à la société tout entière », a déclaré M. Gambari à l’ouverture de la Conférence internationale des donateurs pour le développement et la reconstruction du Darfour qui se déroulait dimanche au Caire, en Egypte.

La grande majorité des déplacés qui vivent dans les camps reçoivent une assistance humanitaire notamment en matière d’éducation et de santé. Mais de nombreux déplacés cherchent un emploi ou d’autres opportunités pour devenir autonomes, a souligné M. Gambari.
C’est pourquoi le chef de la MINUAD souhaite le renforcement du soutien au secteur économique et le transfert … Lire la suite

Madagascar : plus de 28.000 sinistrés après la tempête tropicale Hubert

AP – La tempête tropicale Hubert, qui a balayé le sud-est de Madagascar mercredi dernier, a fait au moins 36 morts et 38.000 sans abri, ont annoncé lundi les autorités.
De nombreuses plantations de riz, routes et maisons ont été endommagées ou détruites par les inondations causées par la tempête. Dans certaines zones, les secouristes ne peuvent porter assistance aux victimes à cause de routes inondées, ont précisé les autorités.
Chaque année, la grande île de l’océan Indien est balayée par trois ou quatre grands cyclones. En 2008, les cyclones Fame, Ivan et Jokwe avaient fait plus de 100 morts et quelque 300.000 sinistrés dans le pays.

Lire aussi :Madagascar : c’est la saison des cyclones”Lire la suite

Le président du Sénégal espère accomplir un troisième mandat

Reuters – Sean Maguire et Diadié Ba
Le président sénégalais Abdoulaye Wade, 83 ans, a déclaré qu’il avait bon espoir que ses compatriotes lui confient un troisième mandat en 2012, estimant que son âge n’y fait nullement obstacle.
Ecartant les critiques de l’opposition qui l’accuse de ne pas être parvenu à enrayer la pauvreté et la corruption en dix ans de présidence, Wade a dit avoir contribué davantage au développement économique de son pays que les socialistes ne l’avaient fait en quatre décennies avant lui.

“Les Sénégalais sont satisfaits de ce que j’ai fait (…) Ils savent que certaines choses ne sont pas tout à fait terminées, mais ils pensent qu’il serait difficile à n’importe qui de faire mieux que moi”, a-t-il déclaré à Reuters dans un bureau de son palais présidentiel.
Le dirigeant sénégalais affiche cet optimisme malgré le fort recul enregistré par son parti libéral aux élections locales de 2009 et l’impact de la crise mondiale qui a réduit de moitié la croissance économique sénégalaise à 1,7% l’an dernier.
Selon des économistes, Wade peut tabler sur un retour à une croissance d’environ 4% en 2011.

D’allure alerte, le président a assuré qu’il était en bonne santé. Il a … Lire la suite

Le trafic d’armes continue d’aggraver l’instabilité en Afrique centrale

Les pays d’Afrique centrale et les Etats fournisseurs d’armes doivent intensifier leurs efforts individuels et collectifs pour éradiquer le trafic d’armes, a plaidé vendredi la Vice-secrétaire générale de l’ONU, Asha-Rose Migiro, à l’occasion d’un débat du Conseil de sécurité sur les conséquences de ce trafic dans la région.
En Afrique centrale, « la demande locale continue d’être importante, spécifiquement de la part de milices ou groupes rebelles », a expliqué Mme Migiro. « Les faibles capacités nationales et régionales, la porosité des frontières et la propagation des conflits dans la région entravent la régulation efficace des armes légères », a-t-elle souligné.

Estimé globalement entre 200 et 300 millions de dollars, le trafic d’armes illégal équivaut à 20% du commerce licite. L’Afrique est « le marché le plus rentable pour la contrebande d’armes », a dit le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Antonio Maria Costa, intervenant à son tour devant le Conseil de sécurité.
Le problème des armes légères c’est qu’elle « sont durables », a-t-il ajouté, rendant encore plus complexe la régulation du trafic. Le stock d’armes accumulé par l’ex Union Soviétique a alimenté au début des années 1990 « presque … Lire la suite

Ethiopie : les trafiquants exploitent la fièvre de la Coupe du monde

ADDIS ABEBA, 18 mars 2010 (IRIN) – En Éthiopie, les trafiquants d’êtres humains et les passeurs utilisent la Coupe du monde à venir pour faire croire à leurs victimes que les perspectives d’emploi sont excellentes en Afrique du Sud, selon un rapport du gouvernement intitulé Illegal Migration: Causes, Consequences and Solutions to human trafficking and smuggling in Ethiopia [Migration illégale : causes, conséquences et solutions face à la traite et au trafic d’êtres humains en Éthiopie].

Chaque année, entre 20 000 et 25 000 Éthiopiens sont emmenés dans d’autres pays, estime le rapport, publié en janvier. La traite et le trafic d’êtres humains en provenance de la Somalie brasse chaque année jusqu’à 40 millions de dollars, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dans les grandes villes, les trafiquants travaillent en groupes organisés de 8 à 25 personnes.
« Les trafiquants d’êtres humains ont plusieurs trucs, notamment celui de faire croire que l’Afrique du Sud a créé des emplois », a dit Zenebu Tadesse, ministre d’État pour le Travail et les Affaires sociales.

Lors d’une conférence nationale sur la traite et le trafic d’êtres humains, elle a dit que le gouvernement avait l’intention d’adopter des mesures pour en finir avec … Lire la suite

Côte-d’Ivoire : l’ONU déplore le nouveau report des élections présidentielles

Le Représentant spécial de l’ONU pour la Côte-d’Ivoire, Choi Young-Jin, a exprimé mercredi devant le Conseil de sécurité ses regrets quant au nouveau report des élections présidentielles ivoiriennes.
« Notre déception est d’autant plus grande que les élections ont été préparées depuis si longtemps », a déploré M. Choi. « Les listes électorales prévisionnelles établies au mois de novembre dernier étaient hautement crédibles et bien équilibrées », a-t-il assuré.

Le processus électoral ivoirien est dans une impasse politique aiguë depuis le mois de janvier. Après une double dissolution du gouvernement et de la Cour électorale indépendante (CEI), la nomination en mars d’un nouveau Gouvernement et de nouveaux membres de la CEI « vont dominer la vie politique ivoirienne dans un futur proche », a dit M. Choi.
Il a également alerté le Conseil de sécurité sur un éventuel regain de violence durant le processus de réunification nationale et l’organisation des élections.

Le Représentant permanent de la Cote d’Ivoire à l’ONU, Alcide Djedje, a pour sa part affirmé lors d’une déclaration à la presse qu’il était actuellement impossible de déterminer « une période sur la date des élections ». « Nous attendons sur place de réaliser des progrès importants dans la … Lire la suite

Réunion des pays du Sahara sur la menace Al Qaïda

Reuters – Des ministres de pays du Sahara, confrontés à la menace grandissante d’Al Qaïda, sont convenus au cours d’une réunion mardi en Algérie de mettre leurs divergences de côté et d’élaborer des moyens concrets de lutte contre ce réseau extrémiste, a déclaré un responsable algérien.
L’Algérie a accueilli les ministres des Affaires étrangères et de la Défense du Burkina Faso, du Tchad, de la Libye, du Mali, de la Mauritanie et du Niger, pour la première conférence de ce genre, qui s’est tenue dans les environs d’Alger.

“Nous sommes parvenus à un plein consensus pour s’attaquer au terrorisme dans la région”, a expliqué aux journalistes Abdelkader Messahel, ministre délégué algérien aux Affaires africaines et maghrébines, au terme de cette réunion à huis clos dans un hôtel.
“Nous avons opté pour une stratégie d’action. Nous allons passer à l’action, et l’une des mesures sera une réunion entre militaires et spécialistes de la lutte antiterroriste, en avril, dans la région d’Alger”, a-t-il indiqué.

La perspective de cette réunion, qui selon Messahel se tiendra au niveau des chefs d’état-major des armées, laisse penser que les pays du Sahara vont commencer à échanger des renseignements et à coopérer quant aux actions sur le … Lire la suite

Somalie : Al-Qaïda l’emporte

1- Des clefs pour comprendre
La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et peu de signes laissent espérer que la dernière tentative pour y établir un gouvernement central soit plus fructueuse que les 14 qui l’ont précédée depuis 1991. Les insurgés islamistes des groupes shebab et Hezb al-Islam ont juré la perte du gouvernement de transition.

Al Chabaab se réclame ouvertement de l’idéologie du jihad (guerre sainte) mondial prôné par Al-Qaïda et contrôle une large partie de la capitale Mogadiscio, ainsi que le centre et le sud du pays. Ces shebabs (“les jeunes” en arabe) et le groupe Hizbul Islam veulent imposer dans le pays une version rigoriste de la charia, le droit islamique.

L’actuel gouvernement de transition (le TFG) du président Sharif Cheikh Ahmed, en place depuis plus d’un an, qui a l’appui des pays occidentaux, ne contrôle, avec l’aide des troupes de l’Union africaine (Amisom), que quelques points stratégiques de la capitale, dont l’aéroport.
Il est aussi soutenu dans ses combats par plusieurs milices, dont la plus importante est la milice Ahlu Sunna Waljamaca.

Cette milice rivale d’Al Chabaab est une secte soufie, considérée comme plus modérée qu’al-Shabab en matière d’interprétation de l’Islam. Elle a rejoint le … Lire la suite

Les Somaliens souffrent de plus en plus

1- Des clefs pour comprendre
La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et peu de signes laissent espérer que la dernière tentative pour y établir un gouvernement central soit plus fructueuse que les 14 qui l’ont précédée depuis 1991.
Les insurgés islamistes des groupes shebab et Hezb al-Islam ont juré la perte du gouvernement de transition.

Al Chabaab se réclame ouvertement de l’idéologie du jihad (guerre sainte) mondial prôné par Al-Qaïda et contrôle une large partie de la capitale Mogadiscio, ainsi que le centre et le sud du pays. Ces shebabs (“les jeunes” en arabe) et le groupe Hizbul Islam veulent imposer dans le pays une version rigoriste de la charia, le droit islamique.

L’actuel gouvernement de transition (le TFG) du président Sharif Cheikh Ahmed, en place depuis plus d’un an, qui a l’appui des pays occidentaux, ne contrôle, avec l’aide des troupes de l’Union africaine (Amisom), que quelques points stratégiques de la capitale, dont l’aéroport.
Il est aussi soutenu dans ses combats par plusieurs milices, dont la plus importante est la milice Ahlu Sunna Waljamaca.

Cette milice rivale d’Al Chabaab est une secte soufie, considérée comme plus modérée qu’al-Shabab en matière d’interprétation de l’Islam. Elle a rejoint le … Lire la suite

RDC : États-Unis et Nations Unies accusent les forces armées de « crimes contre l’humanité »

NAIROBI, 15 mars 2010 (IRIN) – Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) sont en bonne partie responsables d’une épidémie de violences sexuelles dans l’est du pays, selon des rapports des États-Unis et des Nations Unies. Ces rapports détaillent les crimes de guerre et les crimes potentiels contre l’humanité commis par divers groupes en RDC.

Les FARDC tentent de mettre en déroute les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et les rebelles ougandais de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans la région du Kivu et de la province Orientale, dans l’est du Congo. Leurs opérations ont cependant été critiquées à cause de l’impact qu’elles ont sur les civils.

« Les groupes armés tels que la LRA et les FDLR commettent des atrocités qui constituent de graves violations de la loi humanitaire internationale et même, dans certains cas, des crimes contre l’humanité », selon des experts des Nations Unies.
« Dans le Nord-Kivu, une organisation d’aide aux victimes de violences sexuelles a enregistré 3 106 cas entre janvier et juillet 2009 ; la moitié d’entre eux sont le fait de membres des FARDC », a indiqué un groupe de sept experts des Nations Unies dans son … Lire la suite

Kenya : 10.000 personnes affectées par des inondations

Des inondations dans plusieurs régions du Kenya, provoquées par des pluies torrentielles, ont fait 11 morts et affectent environ 10.000 personnes, a indiqué vendredi la porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Elisabeth Byrs, à Genève.
Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les ONG partenaires ont répondu rapidement à l’urgence dans les neufs districts touchés, a-t-elle précisé.

Le district de Mandera, au nord-est du pays, est la zone la plus touchée. On y dénombre 4.350 personnes affectées et la disparition de 500 bovins. L’eau a été contaminée et les routes sont impraticables ce qui rend l’accès des travailleurs humanitaires et l’acheminement de l’aide difficile. Au total, une vingtaine de ponts ont besoin d’être réparés à travers le pays.

Les prix des denrées alimentaires vont sûrement augmenter dans les prochaines semaines, a prévenu la porte-parole. Le niveau des eaux continue de monter ce qui va potentiellement affecter davantage de personnes, a-t-elle ajouté. En outre, les services météorologiques kenyans estiment que le pays devrait continuer à enregistrer de fortes pluies jusqu’en mai.
Par ailleurs, plusieurs pays d’Afrique australe sont également touchés par des inondations. Au total, quelque 130.000 personnes se … Lire la suite

Malgré l’aide et l’importation de produits alimentaires, l’Afrique a faim

Malgré les 3 milliards de dollars d’aide alimentaire annuelle et les 33 milliards de dollars de produits alimentaires importés chaque année, l’Afrique compte 265 millions de personne sous-alimentées, soit un Africain sur trois souffrant de sous-alimentation chronique, a déploré jeudi de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

« L’agriculture africaine est assoiffée puisque moins de 4% de la totalité des terres arables sont irriguées comparativement à 33% en Asie-Pacifique et 29% au Moyen Orient », a souligné le Directeur de la sécurité alimentaire et du développement durable de la CEA, Josue Dione, à l’occasion de la clôture d’une conférence à Abuja au Nigéria sur le commerce et l’industrie agroalimentaire en Afrique.
« L’agriculture africaine a faim puisqu’elle ne reçoit que 14,6 kilos de fertilisants par hectare contre 114,3 dans les pays développés », a-t-il ajouté.

Les 33 milliards de dollars dépensés pour importer des produits alimentaires devraient être utilisés pour développer l’agriculture intérieure, ce qui contribuera à réduire la pauvreté et repositionnera l’Afrique dans l’économie globale, avance la CEA.
« La part de l’agriculture africaine dans l’économie mondiale a chuté de 15% en 1960 à 5,4% dans les années 1980 et à 3,2% en 2006 », a … Lire la suite

Kenya : violentes manifestations à Nairobi après un raid policier meurtrier

NAIROBI (AFP) – Des centaines d’habitants d’un quartier populaire de Nairobi ont tenté jeudi de prendre d’assaut un commissariat pour protester contre un raid policier qui a fait sept morts la veille, ont rapporté des témoins.
La foule, estimée à près de 2000 personnes, a été dispersée par la police qui a tiré des balles réelles et des gaz lacrymogènes, dans le quartier de Kawangware.

Les habitants protestaient contre un raid mené mercredi soir, au cours duquel la police affirme avoir tué septs membres présumés de la secte kényane Mungiki soupçonnés de racketter des chauffeurs de taxi.
Mais selon plusieurs témoins sur place, la police s’en serait pris en fait aux chauffeurs de taxi et non à leurs agresseurs.
“Nous voulons savoir pourquoi ils ont tué des chauffeurs de taxi et affirmé qu’il s’agissait de membres des Mungiki”, a affirmé une habitante, Lucy Nyambura, dont un oncle fait partie des victimes du raid policier.

“Ils ont tué les mauvaises personnes, ceux-là n’étaient pas des Mungiki”, a affirmé en écho une autre manifestante, Jane Wanjiru, dont le frère a été tué la veille.
“Quand les policiers sont arrivés sur place, ils ont cru que les chauffeurs de taxis rassemblés sur place … Lire la suite

Nigéria : vers une guerre entre chrétiens et musulmans ?

1- Des clefs pour comprendre
Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec 150 millions d’habitants, est divisé entre un Nord majoritairement musulman et un Sud peuplé de chrétiens et d’animistes.
La charia a été instaurée dans 12 Etats du Nord après le retour au gouvernement civil en 1999 à l’issue de plusieurs années de régime militaire.

S’est ensuivie une longue liste d’affrontements déclenchés en 2000 par les efforts d’Etats du Nord pour imposer la charia.
Plus de 13.500 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements intercommunautaires ethno-religieux selon l’organisation Human rights watch (HRW), qui souligne que beaucoup de coupables sont restés impunis.

Le Nigeria est régulièrement secoué par des violences entre chrétiens et musulmans, notamment dans les Etats du centre et du nord où les communautés religieuses ont du mal à cohabiter.
Cependant les tensions intercommunautaires ont généralement pour enjeux le contrôle de ressources naturelles, des problèmes fonciers et d’autres questions de politique locale.

La région de l’Etat du Plateau, située entre le nord à majorité musulmane et le sud à majorité chrétienne, est régulièrement secouée par des flambées de violences religieuses et/ou ethniques.
Jos, principale ville du Plateau avec un demi-million d’habitants, est sujette aux affrontements religieux, … Lire la suite