Guerre en Ethiopie : massacres ethniques et réfugiés par dizaines de milliers

Guerre en Ethiopie : massacres ethniques et réfugiés par dizaines de milliers

 

Que se passe-t-il ?

 

Une guerre a éclaté le 4 novembre entre l’Ethiopie et une région dissidente du nord, le Tigré. Cette région est frontalière de l’Erythrée et du Soudan.

Comment a démarré la guerre ?

 

L’Ethiopie est une fédération.

Il faut savoir que par crainte d’une nouvelle guerre contre l’Erythrée, un important contingent militaire éthiopien stationne dans la région du Tigré.

 

C’est le « Commandement Nord ».

La moitié de l’armée fédérale y stationne.

Or, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a accusé les autorités du Tigré d’avoir attaqué des bases de l’armée éthiopienne.

 

Impossible de vérifier car les communications ont été coupées par le gouvernement fédéral.

Cette accusation est le point de départ de la guerre : le Premier ministre éthiopien a par conséquent annoncé le lancement d’opérations militaires.

 

Au total, l’armée fédérale a environ 100 000 à 120 000 hommes, tandis que le Tigré aurait 250 000 hommes.

L’Ethiopie a décrété l’état d’urgence pour six mois au Tigré.

On ne connaît pas le bilan des combats, d’ores et déjà très meurtriers.

 

Les combattants revendiquent à tour de rôle depuis le début de la guerre avoir le contrôle de ce Commandement Nord.

Là aussi, impossible de vérifier.

Notons aussi que l’armée fédérale compte de nombreux officiers du Tigré.

 

Éthiopie — Wikipédia

 

Rappel du contexte

 

La province du Tigré est située à 700 kilomètres au nord de la capitale Addis Abeba.

Elle est dirigée par le Front de libération des Peuples du Tigré (TPLF).

 

Les tensions étaient vives depuis des mois entre le gouvernement central et la province du Tigré.

Les Tigréens représentent 6% de la population éthiopienne.

 

Or, et avant que Abiy Ahmed ne soit Premier ministre en 2018, le TPLF était au pouvoir en Ethiopie.

Abiy Ahmed est d’une ethnie différente : il est Oromo, l’ethnie la plus importante du pays.

 

Le TPLF accuse le gouvernement central de discriminer les Tigrés.

Tandis que pour le Premier ministre, ils supportent mal d’avoir perdu le pouvoir.

Depuis des semaines la tension montait, après la tentative de sécession de la province début septembre.

 

En effet, en août le TPLF a organisé des élections régionales illégales car le gouvernement avait décidé de reporter tous les scrutins en raison de la pandémie de Covid-19.

 

Depuis, les autorités du Tigré (le TPLF a bien sûr remporté son élection régionale) et le gouvernement central / Parlement se considèrent mutuellement comme illégitimes.

 

Par-dessus le marché, en octobre, le Parlement éthiopien a demandé au Trésor national d’envoyer l’argent habituel directement aux administrations locales, enjambant ainsi les autorités de la province du Tigré.

 

Cette décision fut très mal perçue par le TPLF.

Quelques jours après le début de la guerre, le parlement éthiopien a voté la révocation du parlement régional et de l’exécutif du Tigré.

 

 

Où en sont les combats ?

 

Les affrontements se poursuivent actuellement dans la province du Tigré, région montagneuse à la frontière de l’Erythrée et du Soudan.

L’armée fédérale éthiopienne combat les forces du TPLF.

Les analystes s’attendent à un conflit très meurtrier.

 

Il y a au moins des centaines de morts.

Internet et les liaisons aériennes sont coupées et les informations sont très difficiles à obtenir.

 

Des renforts éthiopiens affluent tandis que le Tigré affirme avoir une importante milice paramilitaire.

Les USA, l’Union Africaine et l’ONU appellent en vain à l’apaisement, à une désescalade des tensions.

 

Jeudi, le Premier ministre éthiopien a affirmé que l’armée a vaincu des forces séparatistes et a “libéré” l’ouest du Tigré.

Mais aucun journaliste ne peut vérifier. D’ailleurs, des journalistes ont été arrêtés dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

 

En même temps, des officiers de l’armée, accusés d’avoir collaboré avec le TPLF, ont aussi été arrêtés.

Et une présence militaire forte est observée dans la capitale.

 

 

Des crimes de guerre ?

 

La communauté internationale s’alarme de l’opacité de la situation.

L’ONU réclame une enquête car Amnesty international a dénoncé un massacre commis par les soldats du Tigré.

 

Il aurait fait des centaines de victimes civiles à Mai-Kadra, dans le sud-ouest du Tigré.

Le Premier ministre éthiopien aussi dénonce des crimes de guerre commis par les soldats tigréens.

 

Des civils décrivent aussi cette horreur, ainsi que des civils morts sous les bombardements de l’armée fédérale.

 

 

L’Erythrée est aussi engagée dans la guerre

 

Ethiopie et Erythrée étaient en guerre entre 1998 et 2000.

Abiy Ahmed est Premier ministre depuis 2018 et a réussi à réconcilier les deux pays, ce qui lui a valu le prix Nobel de la paix en 2019.

 

A l’époque de la guerre, le TPLF était au pouvoir en Ethiopie.

Du coup, la haine est solide entre ce parti et l’Erythrée.

Le Tigré est pris en sandwich entre le gouvernement fédéral éthiopien et l’Erythrée.

 

D’ailleurs, l’Erythrée avait affiché son soutien au gouvernement fédéral éthiopien en  octobre lors de la visite officielle en Ethiopie de son président, très médiatisée.

C’était une occasion pour les deux dirigeants d’envoyer un signal aux autorités du Tigré comme quoi il est inutile d’instrumentaliser l’Erythrée dans le conflit.

 

Samedi, les forces du Tigré ont bombardé Asmara, la capitale de l’Erythrée.

Elles l’accusent d’aider l’armée fédérale éthiopienne.

Selon le TPLF, l’Erythrée laisse l’armée éthiopienne utiliser son territoire pour y faire passer ses troupes ou décoller ses avions.

 

Il affirme même que l’armée érythréenne participe directement à des combats au sol au Tigré.

Impossible de connaître les bilans humain et matériel.

Tout est fermé.

 

 

Les Amharas sont très impliqués dans la guerre

 

L’Éthiopie est divisée en 10 régions établies sur des bases ethniques.

La région Amhara est située au sud du Tigré.

Les Amharas représentent la deuxième communauté d’Ethiopie après les Oromo.

 

Leur province nourrit des revendications territoriales très anciennes : elle veut « récupérer » certaines terres, les districts de Wolqayt et de Tsegedé.

La région Amhara veut donc étendre son territoire au nord-ouest, jusqu’à la frontière avec l’Erythrée.

 

C’est pourquoi les Amharas sont enthousiastes pour aider les troupes fédérales éthiopiennes.

Les jeunes partent combattre, tandis que ceux restés au pays aident de leur mieux, y compris en donnant leur sang.

 

 

Attaques meurtrières contre des civils dans la région Amhara dans l’ouest

 

Il n’y a pas que le conflit entre le pouvoir central et la province rebelle du Tigré.

Alors que l’Ethiopie dans son ensemble connaît régulièrement des tensions communautaires, le 1er novembre, dans l’ouest, au moins 54 civils ont été tués et de nombreux autres blessés.

 

Parmi toutes ces victimes, de nombreuses femmes et enfants abattus froidement.

Un groupe armé a attaqué ces membres de l’ethnie amhara, dans la région de l’Oromia.

 

En raison du conflit militaire à venir avec le Tigré (comme quoi c’était anticipé de la part du gouvernement fédéral), le Premier ministre (qui est oromo) avait fait retirer des soldats fédéraux habituellement stationnés dans la zone.

 

Ensuite une soixantaine de miliciens en ont profité pour investir trois villages et commettre les massacres ethniques.

De plus, alors qu’une manifestation de l’ethnie Amhara contre ces massacres devait avoir lieu fin octobre, elle avait été annulée par le gouvernement.

 

Il faut rappeler que les tensions entre Oromos et Amharas, les deux ethnies les plus importantes du pays, ont fait des centaines de morts cette année.

Et les Amharas sont les plus souvent victimes.

 

Si aucune revendication n’a été faite, l’on soupçonne l’Armée de libération Oromo (OLA), un groupe de miliciens ethno-nationalistes de la région Oromia.

Cette région est située au sud de la région Amhara.

 

Depuis deux ans, l’OLA mène une guérilla contre l’armée nationale.

Toutes 2 sont accusées de nombreuses exactions.

Le gouvernement a imputé à l’OLA une série d’assassinats, d’attentats à la bombe, de braquages de banques et d’enlèvements en Oromia.

 

 

Également dans la région Benishangul-Gumuz

 

Les crimes de l’OLA touchent aussi la région Benishangul-Gumuz, située à l’ouest des régions Oromia et Amhara.

De nouveaux massacres ethniques ont fait au moins 34 morts dans la nuit de samedi à dimanche.

 

Des massacres se produisent depuis de nombreux mois contre les civils Amharas.

En septembre et octobre notamment, deux attaques meurtrières y ont visé des membres de la communauté amhara.

Plus de 100 personnes sont mortes depuis septembre.

 

Mi-octobre, le Premier ministre a demandé au Soudan de stabiliser sa région du Nil-Bleu, frontalière du Benishangul-Gumuz.

Il pense que les combattants ayant mené ces attaques y étaient armés et entraînés.

 

Certaines personnes parlent d’épuration ethnique contre les Amharas.

Et le retrait des soldats fédéraux partis combattre au Tigré favorise les attaques.

 

 

Le Soudan pourrait accueillir jusqu’à 200 000 réfugiés

 

La seule solution pour échapper aux combats : se réfugier dans un pays voisin, le Soudan.

Le Soudan craint de devoir accueillir jusqu’à 200 000 réfugiés dans les semaines à venir.

 

Le Soudan se presse donc de faire les travaux nécessaires afin de rouvrir un camp de réfugiés, le camp d’Oum Raquba. Il avait servi il y a des dizaines d’années aux réfugiés éthiopiens fuyant la famine.

Déjà 25 000 réfugiés éthiopiens sont arrivés au Soudan, en quelques jours donc.

 

Les agences de l’ONU et ses agences partenaires se démènent pour les aider au mieux, en partenariat avec le Soudan.

Le Soudan accueille déjà de nombreux réfugiés issus des conflits entre l’Éthiopie et l’Érythrée.

 

 

Catastrophe humanitaire au Tigré

 

L’Etat du Tigré compte environ 5 millions d’habitants.

La situation humanitaire était déjà difficile avant le conflit : 600.000 personnes dépendent d’une aide alimentaire.

 

Cette région souffre en général des invasions de criquets pèlerins et abrite des dizaines de milliers de réfugiés érythréens. Mais désormais, avec la coupure des communications et des voies terrestres, acheminer aux habitants les produits de première nécessité est vraiment devenu compliqué.

 

L’ONU fait de son mieux.

En raison des combats, ce sont maintenant 2 millions de personnes qui ont besoin d’assistance.

 

De plus, les services bancaires ont cessé, entraînant une pénurie de liquidités : la Banque centrale a ordonné la fermeture de plus de 600 agences de banques commerciales au Tigré, officiellement à cause de pillages.

Sources: AFP, ONU, Reuters, RFI

0 0 vote
Évaluation de l'article
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x