Mozambique : les islamistes enchaînent les massacres et font fuir des centaines de milliers de personnes

Mozambique : les islamistes enchaînent les massacres et font fuir des centaines de milliers de personnes

 

Que se passe-t-il ?

 

Un nouveau massacre vient de se produire dans le nord du Mozambique : des islamistes liés au groupe État islamique ont décapité plus de 50 personnes.

 

Ces décapitations sont les dernières d’une série d’attaques horribles.

Depuis 2017, année du début du conflit, 2 000 personnes ont été tuées et environ 430 000 ont dû fuir.

 

De plus, les djihadistes enlèvent des fillettes dans leurs raids meurtriers.

Ils multiplient les attaques contre la police et tout ce qui représente le gouvernement.

Les jeunes refusant de se faire enrôler sont massacrés.

 

Mozambique — Wikipédia

 

Pourquoi le nord du Mozambique ?

 

Dans le nord, la province de Cabo Delgado, à majorité musulmane, est riche en gaz et en rubis. Mais la population ne profite pas des retombées économiques.

Le groupe État islamique profite de la pauvreté et du chômage pour recruter des jeunes.

 

Son objectif : mettre la main sur les hydrocarbures et établir un califat.

Les djihadistes risquent de bientôt s’emparer des installations pétrolières et gazières situées du nord. Le Mozambique est surnommé le Qatar de l’Afrique.

 

 

De plus en plus de conquêtes territoriales face à une armée impuissante

 

Début septembre, ils ont pris deux îles situées au large du Mozambique.

Cela leur permet désormais de menacer le trafic maritime dans la région.

 

Et en août, des jihadistes shebabs s’étaient emparés de la ville portuaire de Mocimboa da Praia sur le continent, riche en gaz, tuant au moins 1 300 personnes.

 

Le port de Mocimboa da Praia est crucial pour les projets d’exploitation gazière du Mozambique car situé à une soixantaine de kilomètres des gisements dont les investissements sont estimés à 60 milliards de dollars.

 

Les compagnies énergétiques sont obligées de construire de nouvelles installations pour éviter tout contact avec les insurgés et les villages en bordure de la zone sont souvent pillés.

 

Le Mozambique a lancé un appel à l’aide internationale, tandis que la réputation de son armée est entachée.

En effet, des groupes de défense des droits de l’homme affirment que les forces de sécurité sont coupables de graves violations des droits de l’homme.

 

 

Conséquences humanitaires dramatiques

 

Plus de 430 000 personnes ont dû fuir le nord du Mozambique.

Elles ont donc dû abandonner leurs cultures et deviennent dépendantes de l’aide humanitaire.

 

Le Programme alimentaire mondial (PAM) en collaboration avec le gouvernement, vient en aide aux plus vulnérables.

Mais l’agence onusienne a un besoin urgent de 4,7 millions de dollars par mois.

 

Sans financement supplémentaire, il sera obligé de réduire les rations alimentaires dès décembre.

Par ailleurs, des milliers de Mozambicains se sont réfugiés en Tanzanie voisine.

 

 

La Tanzanie commence à être contaminée

 

Alors que la communauté internationale s’inquiétait d’une régionalisation du conflit, la Tanzanie est à son tour touchée par les djihadistes.

 

Le 23 octobre, la police tanzanienne a confirmé une attaque la semaine précédente du groupe État islamique dans le village de Kitaya à la frontière avec le Mozambique.

 

Cette attaque a fait plusieurs morts, tués dans des conditions abominables.

La police tanzanienne parle d’une attaque menée par plus de 300 terroristes du Mozambique. Quelques-uns étaient des Tanzaniens.

Sources: AFP, ONU, RFI, Reuters

4.9 7 votes
Évaluation de l'article
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x