La guerre oubliée en Birmanie

La guerre oubliée en Birmanie

 

Rappel du contexte

 

Environ 740.000 Rohingyas musulmans avaient fui la Birmanie pour le Bangladesh en 2017 pour échapper à une répression militaire massive. Ils avaient rejoint les quelque 200.000 réfugiés vivant déjà dans le district bangladais frontalier de Cox’s Bazar (sud-est).

 

Actuellement, 600 000 Rohingyas encore présents en Birmanie sont menacés de génocide. La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné en janvier à la Birmanie de prendre “toutes les mesures en son pouvoir” pour prévenir un éventuel génocide à l’encontre de cette minorité musulmane.

 

 

Les combats se poursuivent

 

Les séparatistes musulmans Rohingyas poursuivent actuellement leur rébellion, et dans l’ouest du pays les Etats birmans de Rakhine (aussi appelé Arakan) et de Chin sont en proie à des combats entre militaires birmans et rebelles de l’Armée d’Arakan (cette armée compte environ 20 000 hommes, fait du racket et du trafic).

 

Depuis un an et demi, les combats se sont intensifiés entre les rebelles d’Arakan et les militaires birmans, faisant des dizaines de morts parmi la population et causant la fuite de plus de 90 000 civils, selon une organisation locale.

Et la guérilla a multiplié les enlèvements.

2 1 vote
Évaluation de l'article
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x