Égypte : le retour à la normale n’est pas acquis.

1- Des clefs pour comprendre
Voilà 10 jours que le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans, a été chassé du pouvoir par la rue et la pression internationale. Ce fut une vague de contestation sans précédent contre son régime.
Inspirées par la révolution tunisienne, qui a eu raison du président Ben Ali le 14 janvier, des centaines de milliers de personnes ont manifesté durant 18 jours.
Après une répression entraînant 365 morts, 5500 autres blessées et des centaines d’arrestations, et malgré quelques concessions, le « raïs » a finalement démissionné, le 11 février.

L’armée, qui a été chargée d’assurer la transition, a promis de remettre le pouvoir aux civils.
Le départ de Moubarak était la principale exigence des manifestants. Le président, 82 ans, était accusé de tous les maux dans ce pays de 80 millions d’habitants -pauvreté, chômage, privation de libertés et régime policier.
En Égypte, plus de 40% de la population vit en dessous d’un seuil de pauvreté de deux dollars par jour et par personne.

Les manifestants, qui réclament aussi la démocratie, la libération des prisonniers politiques et la levée de l’état d’urgence, en vigueur depuis 30 ans, surveillent désormais l’armée.
Le Conseil suprême des forces … Lire la suite

Egypte : la fin des soins de santé gratuits frappe d’abord les plus pauvres

LE CAIRE, 15 février 2010 (IRIN) – Hesham Gohary a dit qu’il se rendait depuis des semaines au ministère de la Santé, dans le centre du Caire, dans l’espoir d’obtenir une dialyse rénale gratuite, mais repartait toujours les mains vides.

Cet agriculteur de 54 ans fait partie des 35 000 patients à bas revenus souffrant d’insuffisance rénale, dont la facture de santé s’élevant collectivement à 118 millions de dollars était autrefois réglée par le gouvernement, jusqu’à ce que celui-ci déclare récemment que ses caisses étaient vides.
« J’ai terriblement besoin de cette dialyse », a dit M. Gohary à IRIN. « Mais cela semble tellement difficile d’obtenir un traitement gratuit dans ce pays ces temps-ci ».

Sur une population totale de 80 millions d’habitants, environ 35 millions de personnes sont enregistrées dans le système d’assurance santé publique, d’après le ministère de la Santé, la plupart des habitants restants étant censés bénéficier de soins de santé gratuits.
Les patients souhaitant recevoir des traitements gratuits doivent en faire la demande auprès d’un bureau du ministère de la Santé, et si leur demande est acceptée, ils reçoivent une lettre officielle autorisant les hôpitaux publics à les traiter gratuitement. Les hôpitaux réclament ensuite les … Lire la suite

Egypte : les montagnes d’ordures liées à l’abattage des porcs, un « scandale national »

LE CAIRE, 27 janvier 2010 (IRIN) – La décision du gouvernement égyptien d’abattre les 300 000 porcs du pays en mai 2009 est de plus en plus considérée comme une grossière erreur par les experts et les responsables. En effet, depuis que les porcs ne sont plus là pour les manger, les déchets organiques s’accumulent dans les rues du Caire et posent de sérieux risques pour la santé.

L’abattage des porcs, qui a duré un mois, avait officiellement pour but d’enrayer la propagation de la grippe H1N1, mais le gouvernement a dit par la suite qu’il s’agissait d’une simple mesure générale de santé publique.
Selon l’organisation non gouvernementale (ONG) locale Association for the Protection of the Environment, l’abattage des porcs a affecté le gagne-pain de 70 000 anciens éleveurs porcins et collecteurs d’ordures informels et leur famille dans la région du Caire.

Récemment, au cours d’une session parlementaire houleuse, le gouverneur du Caire, Abdel Azim Wazir, a qualifié la décision d’abattre les porcs d’« erreur ». Le législateur Hamdy el-Sayed, président du Syndicat des médecins, a quant à lui parlé de « scandale national ».
« Nos rues sont pleines d’ordures. C’est catastrophique », a-t-il dit.
« La décision de … Lire la suite

Egypte : Hosni Moubarak promet la fermeté face aux islamistes

Reuters – L’Egypte ne laissera aucun répit aux mouvements islamistes qui menacent la stabilité du pays et du Proche-Orient, promet Hosni Moubarak, évoquant notamment les craintes suscitées récemment par la branche yéménite d’Al Qaïda.

« Nous vivons dans une région difficile et dans un monde plein de tensions (…), témoin d’une instabilité croissante de l’Afghanistan au Pakistan, en Iran et en Irak, au Yémen, en Somalie et au Soudan », a déclaré dimanche le président égyptien dans un discours télévisé.

 

Les forces de l’ordre, a-t-il poursuivi, « continueront à lutter énergiquement contre le terrorisme et l’extrémisme (…), pour assurer la sécurité de la Nation et des citoyens ».

Les coups de filet se sont multipliés ces derniers mois dans les milieux islamistes en Egypte.

Le jour même où Moubarak s’exprimait, les forces de sécurité égyptiennes interpellaient neuf membres des Frères musulmans dans le delta du Nil, au nord du Caire, a-t-on déclaré de source proche des services de sécurité.

 

Les Frères musulmans sont officiellement interdits mais représentent tout de même la principale force d’opposition au parlement, où ils siègent comme indépendants. Les arrestations de dimanche ont eu lieu sur fond de préparatifs d’un nouveau vote dans une Lire la suite

Egypte : un conservateur à la tête des Frères musulmans égyptiens

LE CAIRE (AFP) – Les conservateurs ont renforcé leur emprise sur les Frères musulmans égyptiens, avec l’annonce samedi de la nomination de l’un des leurs à la tête de ce mouvement, première force d’opposition du pays.
Mohammed Badie remplace Mehdi Akef, un membre de la « vielle garde » dont le mandat venait à expiration, qui s’était mis lui-même en retrait en octobre dernier en raison de profondes divergences entre conservateurs et réformistes.

M. Akef a annoncé lors d’une conférence de presse au Caire que son successeur avait été choisi « par consensus » au sein du Conseil consultatif de la confrérie.
M. Badie, un ancien radical, a de son côté multiplié les déclarations mesurées. « Nous croyons à la réforme progressive par des moyens pacifiques et constitutionnels, nous refusons la violence », a-t-il assuré.
« Les Frères musulmans estiment que tout régime politique doit préserver les libertés individuelles et la démocratie, et ils appuient la séparation des pouvoirs » législatif, judiciaire et exécutif, a-t-il poursuivi.

Il a notamment dénoncé les violences confessionnelles, et qui se sont traduites début janvier par le meurtre de six membres de la communauté chrétienne copte dans une localité de Haute-Egypte.
Mohammed Badie, né en … Lire la suite

Tensions persistantes entre coptes et musulmans égyptiens

 

Reuters – Des maisons et des magasins coptes et musulmans ont été incendiés samedi près de Nagaa Hamady, dans le sud de l’Egypte sur fond de tensions entre les deux communautés, trois jours après la mort de six coptes tués par balle.

« Quatre maisons et un magasin appartenant à des chrétiens dans le village de Tiraks ont été incendiés par des musulmans et quatre magasins appartenant à des musulmans dans le village d’al Bahgorah ont été incendiés par des chrétiens », a-t-on appris de source proche des services de sécurité.

 

Six personnes, chrétiens et musulmans, ont été blessées dans les incendies, dit-on de même source.

La fusillade qui a coûté la vie à six coptes a eu lieu mercredi soir vers minuit, lors de la veillée du Noël copte. Des groupes musulmans et chrétiens ont manifesté jeudi et vendredi, chacun de leur côté.

La police a arrêté environ 25 manifestants sur un total de 2.000.

Selon des sources proches des services de sécurité, trois musulmans, qui se sont depuis rendus à la police, sont soupçonnés d’être les tireurs.

 

Les enquêteurs de Nagaa Hamady, ville située à 60 km de Louxor, ont dit que deux des trois hommes étaient des Lire la suite