Législatives en Colombie : l’ombre des paramilitaires plane sur le Congrès

BOGOTA (AFP) – L’ombre des paramilitaires, responsables de dizaines de milliers de morts ces vingt dernières années en Colombie, planait lundi sur le Congrès colombien où, au lendemain des élections législatives, au moins 25 sièges revenaient à des proches de ces milices d’extrême droite.
« Le pays n’a pas puni les héritiers des +parapolitiques+ », titrait un article d’un des plus grands quotidiens colombiens, El Tiempo, en référence à l’expression consacrée pour qualifier les élus ayant des liens avec les milices.

Selon des résultats partiels du vote au Sénat, portant sur plus de 90% des suffrages, les Colombiens ont renouvelé leur confiance aux partis de la droite classique qui dominait la précédente assemblée, avec en tête le Parti social d’unité nationale et le Parti conservateur qui obtiendraient 50 sièges sur 102.
Mais ils ont également choisi pour le Sénat au moins 25 candidats poursuivis pour leurs liens avec les paramilitaires, ou apparentés à des personnes poursuivies pour ces liens, selon l’ONG Fundacion Nuevo Arco Iris, spécialiste du conflit colombien et des paramilitaires.

Une fois publiés les résultats pour la Chambre des représentants, ce nombre devrait encore augmenter, selon l’ONG Transparencia por Colombia, qui a identifié pour les deux chambres 35 … Lire la suite

Le Burundi dans une situation précaire avant les élections

1- Des clefs pour comprendre

Le Burundi, petit Etat de l’Afrique des Grands Lacs, qui compte huit millions d’habitants, tente de sortir depuis 2006 de 13 ans d’une guerre civile entre la majorité Hutu et la minorité Tutsi qui a fait au moins 300 000 morts et des millions de déplacés.

Les accords de paix du 4 décembre 2008 entre le gouvernement et les rebelles des Forces nationales de libération (FNL) ont été suivis d’un processus progressif de stabilisation avec l’aide des Nations Unies.

L’ONU est présente avec le Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), pour soutenir le processus de paix.

 

Les FNL étaient l’un des nombreux mouvements rebelles Hutu qui ont fait la guerre aux divers régimes pro-Tutsi depuis les années 1990.

Ils se sont transformés en avril 2009 en parti politique.

L’année 2010 sera une date historique pour le Burundi qui enregistrera pour la première fois la fin d’un cycle électoral sans rupture.

 

Dans son dernier rapport sur la situation dans ce pays, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se félicite des nombreux résultats obtenus mais estime que la situation actuelle reste fragile.

Il note avec satisfaction que les FNL, qui étaient le dernier mouvement Lire la suite

Egypte : la fin des soins de santé gratuits frappe d’abord les plus pauvres

LE CAIRE, 15 février 2010 (IRIN) – Hesham Gohary a dit qu’il se rendait depuis des semaines au ministère de la Santé, dans le centre du Caire, dans l’espoir d’obtenir une dialyse rénale gratuite, mais repartait toujours les mains vides.

Cet agriculteur de 54 ans fait partie des 35 000 patients à bas revenus souffrant d’insuffisance rénale, dont la facture de santé s’élevant collectivement à 118 millions de dollars était autrefois réglée par le gouvernement, jusqu’à ce que celui-ci déclare récemment que ses caisses étaient vides.
« J’ai terriblement besoin de cette dialyse », a dit M. Gohary à IRIN. « Mais cela semble tellement difficile d’obtenir un traitement gratuit dans ce pays ces temps-ci ».

Sur une population totale de 80 millions d’habitants, environ 35 millions de personnes sont enregistrées dans le système d’assurance santé publique, d’après le ministère de la Santé, la plupart des habitants restants étant censés bénéficier de soins de santé gratuits.
Les patients souhaitant recevoir des traitements gratuits doivent en faire la demande auprès d’un bureau du ministère de la Santé, et si leur demande est acceptée, ils reçoivent une lettre officielle autorisant les hôpitaux publics à les traiter gratuitement. Les hôpitaux réclament ensuite les … Lire la suite

La pauvreté touche 17% des habitants de l’Union européenne

 

AP – Environ 17% des habitants des 27 pays membres de l’Union européenne sont menacés de pauvreté, les enfants et les personnes âgés étant les plus en danger, et 10% de la population n’a pas les moyens de chauffer convenablement son domicile, selon une étude publiée lundi par Eurostat.

 

Ce taux de pauvreté relevé en 2008 est relativement stable depuis 2005 puisqu’il n’a oscillé qu’entre 16% et 17%, souligne l’institut de la statistique de l’UE. La notion de pauvreté, fondée sur les revenus après transferts sociaux, est relative au seuil de pauvreté, qui varie fortement d’un Etat à l’autre.

Eurostat note aussi qu’en 2008, 10% de la population des Vingt-sept n’avait pas les moyens de chauffer convenablement son domicile, 9% n’avait pas les moyens de s’offrir tous les deux jours un repas composé de viande, de poulet ou de poisson, 9% n’avait pas les moyens de s’offrir une voiture personnelle, et 37% n’avait pas les moyens de partir une semaine en vacances.

 

Les risques de pauvreté les plus élevés ont été observés en Lettonie (26%), en Roumanie (23%), en Bulgarie (21%) ainsi qu’en Grèce, en Espagne et en Lituanie (20% chacun), et les plus faibles en République tchèque (9%), aux Lire la suite

Les peuples autochtones représentent un tiers des plus pauvres dans le monde

 

Les autochtones à travers le monde vivent dans des conditions alarmantes et représentent un tiers des plus pauvres de la planète, selon le premier rapport de l’ONU sur la situation de ces populations publié jeudi. De manière disproportionnée, celles-ci sont victimes de taux élevés de pauvreté, de problèmes de santé, de criminalité et de violations des droits de l’homme, précise ce rapport qui a été présenté au siège des Nations Unies à New York.

 

Aux Etats-Unis, les Américains autochtones ont 600 fois plus de risque de contracter la tuberculose et 62% plus de risque de commettre un suicide que l’ensemble de la population.

En Australie et au Népal, un enfant autochtone peut s’attendre à mourir 20 ans plus tôt que son compatriote non autochtone. Bien que moins élevée, la différence d’espérance de vie est néanmoins de 13 ans au Guatemala et de 11 ans en Nouvelle-Zélande.

 

Dans certaines régions de l’Equateur, la population autochtone a 30 fois plus de risque d’avoir un cancer de la gorge que la moyenne nationale. Et au niveau mondial, plus de 50% des adultes autochtones souffrent de diabète type 2, un taux qui devrait augmenter, selon le rapport.

Alors que les populations autochtones représentent 370 Lire la suite