Ukraine : des membres de l’opposition saisissent la Cour constitutionnelle

AP – Des parlementaires de l’opposition ukrainienne ont déposé un recours auprès de la Cour constitutionnelle pour contester un texte législatif qui a permis au nouveau président Viktor Ianoukovitch de renforcer sa mainmise sur le pouvoir.

Une nouvelle coalition majoritaire s’est constituée cette semaine autour du parti de M. Ianoukovitch, attirant dans ses rangs des députés de factions rivales, dont plusieurs membres du bloc de l’ex-Premier ministre Ioulia Timochenko qui ont choisi de faire défection.
Le Parlement a ensuite rapidement approuvé la nomination de Mikola Azarov, allié de M. Ianoukovitch, au poste de Premier ministre.

Avant de former la coalition, Viktor Ianoukovitch avait signé une loi autorisant des députés à rompre avec leur formation.
Des parlementaires de l’opposition ont avancé que cette mesure était inconstitutionnelle dans la mesure où la Constitution autorise seulement l’ensemble d’une faction à rejoindre les rangs d’une coalition.
La Cour constitutionnelle a annoncé vendredi avoir été saisie par 56 parlementaires. Aucune date d’audience n’a été fixée.

Lire aussi Election présidentielle : l’Ukraine penche vers la RussieLire la suite

Election présidentielle : l’Ukraine penche vers la Russie

Ukraine

 

1- Des clefs pour comprendre

Cette ex-république soviétique est partagée entre le soutien à l’Occident et le soutien à la Russie.

Les pro-occidentaux sont soutenus par l’ouest et le centre du pays, et les pro-russes par l’est et le sud russophiles.

Un régime pro-occidental avait été mis en place en 2004 lors de la « Révolution Orange », avec l’arrivée au pouvoir de Viktor Iouchtchenko comme président et de Ioulia Timochenko comme Premier ministre.

 

Ioulia Timochenko fut la pasionaria et l’image glamour du mouvement « orange », avant d’entrer en querelle perpétuelle avec Iouchtchenko.

Le parti du président Viktor Iouchtchenko, qui formait une fragile majorité pro-occidentale avec le bloc de Mme Timochenko depuis décembre 2007, l’a quittée en septembre 2008 après l’adoption d’une série de lois réduisant les pouvoirs présidentiels.

 

Faute d’une nouvelle coalition, le président Iouchtchenko a prononcé en octobre 2008 la dissolution du Parlement mais a dû repousser cette mesure sine die face à la crise économique mondiale qui a lourdement frappé l’Ukraine.

Le Parlement actuel avait été élu aux législatives anticipées de septembre 2007, remportées de justesse par les pro-occidentaux face à l’opposition pro-russe.

 

En avril 2009, une vingtaine de milliers d’opposants au président Victor Iouchtchenko et Lire la suite