La Russie gagne en puissance

La Russie gagne en puissance

 

Un affaiblissement tout relatif

 

D’une part, la domination de Moscou est contestée dans le pré-carré russe : Biélorussie, Kirghizstan, Azerbaïdjan.

 

L’Ukraine semble définitivement perdue, non seulement suite à l’annexion de la Crimée et en raison de la guerre toujours en cours au Donbass (Ukraine contre séparatistes pro-russes), mais aussi car l’Ukraine se rapproche de l’UE et de la Turquie, en envisageant acquérir et produire 48 drones tactiques turcs Bayraktar TB2.

 

 

Renforcement : la fonte de l’Arctique

 

L’Arctique est une région disputée et riche en ressources naturelles encore peu exploitées. S’y opposent les intérêts de 5 pays dont la Russie et les Etats-Unis. La Russie espère y devenir la première puissance économique et militaire tout en profitant du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, qui devrait ouvrir de nouvelles routes commerciales dans le Grand Nord.

 

Plus la banquise fond, plus cela est économiquement intéressant : ainsi une nouvelle voie maritime peut être ouverte pour rejoindre la Chine à partir de l’Europe en passant par le nord de la Russie et la mer de Béring.

Soit un raccourci de 7.000 km par rapport au trajet habituel.

 

La fonte de la banquise arrange aussi les compagnies pétrolières qui recherchent gaz et pétrole.

Les réserves semblent très importantes.

En Russie, le ministère de l’Arctique Russe a préparé un projet de nouveau programme d’État pour le développement de l’Arctique pour 2021-2024.

 

 

Tensions avec l’OTAN

 

Mais les pays scandinaves ne sont pas forcément en adéquation avec ces projets.

Dernier événement en date, la Norvège (membre de l’Otan) accuse la Russie d’être derrière une attaque informatique ayant visé son Parlement.

L’ambassade de Russie en Norvège a vivement répliqué.

 

Il y eût plusieurs incidents ces dernières années entre Norvège et Russie.

La Russie accuse la Norvège de renforcer son activité militaire et d’accroître les risques entre les deux pays. Et elle estime que ce membre de l’Otan participe de plus en plus à l’accroissement de la présence de l’Otan dans l’Arctique.

 

La Norvège, qui compte 196 km de frontières terrestres avec la Russie, s’inquiète du renforcement des capacités de l’armée russe dans la péninsule de Kola, une région abritant plusieurs bases navales et zones interdites aux civils.

 

Et récemment, un Su-27 russe a intercepté 2 avions de l’Otan au-dessus de la mer Baltique.

Ces dernières semaines, les aéronefs de combat et de reconnaissance de pays membres de l’Otan ont intensifié leurs vols le long des frontières de la Russie. Des chasseurs russes décollent régulièrement pour les intercepter.

 

 

Tensions également avec la Suède

 

Avec la Suède aussi, les relations sont tendues.

Pour contrer une éventuelle attaque militaire russe, ce pays nordique vient d’annoncer une hausse de ses dépenses militaires de 40% lors des cinq prochaines années.

 

Pays de l’Union européenne, la Suède n’est pas membre de l’Otan mais participe régulièrement à ses manœuvres dans la région.

 

Alors que la Russie renforce sa présence militaire dans l’Arctique russe, la Suède a récemment dénoncé l’intrusion de deux navires militaires russes dans ses eaux territoriales.

Face à cette menace, elle déploie un nouveau système de défense anti-aérien sur Gotland, une île stratégique située en mer Baltique, en face de la Russie.

 

Une étape de plus dans le renforcement de l’armée suédoise, alors que le royaume nordique se plaint de plus en plus d’incursions russes dans son espace aérien et maritime.

Une prochaine étape sera franchie en 2021, date de la livraison en Suède du système antimissile Patriot, acheté aux États-Unis.

 

 

Course aux armements

 

Alors que Washington annonce un « accord de principe » avec Moscou pour prolonger le traité nucléaire New Start, qui arrive à expiration début 2021, la Russie teste avec succès un nouveau missile hypersonique.

 

Le missile russe Zircon a parcouru une distance de 450 km en 4 minutes et demie. “Un grand évènement pour toute la Russie”, a réagi Vladimir Poutine.

Il présente cette génération d’armes comme “invincibles”.

 

Par exemple, les missiles hypersoniques Avangard devraient être capables d’atteindre une cible quasiment partout dans le monde et de surpasser n’importe quel bouclier antimissile existant, tel que le système déployé par les Etats-Unis en Europe.

D’autres pays mettent aussi au point des missiles hypersoniques : Chine, Etats-Unis et France.

 

Parmi les nouvelles armes russes figurent aussi des missiles balistiques intercontinentaux, ou encore des missiles de croisière à propulsion nucléaire.

Et dans les autres systèmes : un drone sous-marin à propulsion nucléaire, ou encore un mystérieux “laser de combat”.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x