S'abonner par email

Birmanie : poursuite des guerres civiles

Birmanie : poursuite des guerres civiles

28 décembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Environ 740.000 Rohingyas musulmans avaient fui la Birmanie pour le Bangladesh en 2017 pour échapper à une répression militaire massive. Ils avaient rejoint les quelque 200.000 réfugiés vivant déjà dans le district bangladais frontalier de Cox’s Bazar (sud-est).

 

Actuellement, 600 000 Rohingyas encore présents en Birmanie sont menacés de génocide.

D’autre part, les Etats birmans de Rakhine (aussi appelé Arakan) et de Chin sont en proie à des combats entre militaires birmans et rebelles de l’Armée d’Arakan.

 

Depuis un an, les combats se sont intensifiés entre les rebelles d’Arakan et les militaires birmans, faisant des dizaines de morts parmi la population et causant la fuite de plus de 80 000 civils, selon une organisation locale.

 

La situation est loin de s’apaiser : depuis plusieurs semaines, la guérilla a multiplié les enlèvements.

Et la rébellion a annoncé, selon le journal The Irrawaddy, qu’elle allait prélever de l’argent sur les grands projets économiques en cours dans l’État de l’Arakan.

 

En Etat Shan, la situation ne semble pas prête de s’améliorer : les récents investissements de Pékin dans la région au titre du titanesque projet chinois des “Nouvelles routes de Lire la suite

Bangladesh : les Rohingyas de plus en plus mis à l’écart

Bangladesh : les Rohingyas de plus en plus mis à l’écart

10 décembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Environ 740.000 Rohingyas musulmans ont fui la Birmanie pour le Bangladesh en 2017 pour échapper à une répression militaire massive. Ils ont rejoint les quelque 200.000 réfugiés vivant déjà dans le district bangladais frontalier de Cox’s Bazar (sud-est). 

Tous ces réfugiés vivent dans une misère noire au sein d’immenses camps de réfugiés.

 

Si le Bangladesh musulman avait ouvert ses bras aux Rohingyas en 2017, sa bonne volonté s’amenuise avec le temps. Aucune solution pérenne pour les réfugiés n’est en vue. Toutes les opérations de retour en Birmanie ont échoué et Dacca refuse que les Rohingyas s’intègrent sur son sol, les considérant seulement comme des hôtes temporaires.

 

 

Le Bangladesh clôture les camps de réfugiés rohingyas

 

Le Bangladesh a commencé à ériger une clôture de barbelés autour des gigantesques camps de réfugiés rohingyas, malgré les protestations de la communauté internationale et des défenseurs des droits humains.

 

Les Rohingyas ont interdiction de quitter les camps mais l’étendue des sites, qui en font le plus grand camp de réfugiés de la planète, fait que les autorités ont du mal à surveiller tous les mouvements. Des barrages sont Lire la suite