Législatives en Colombie : l’ombre des paramilitaires plane sur le Congrès

BOGOTA (AFP) – L’ombre des paramilitaires, responsables de dizaines de milliers de morts ces vingt dernières années en Colombie, planait lundi sur le Congrès colombien où, au lendemain des élections législatives, au moins 25 sièges revenaient à des proches de ces milices d’extrême droite.
« Le pays n’a pas puni les héritiers des +parapolitiques+ », titrait un article d’un des plus grands quotidiens colombiens, El Tiempo, en référence à l’expression consacrée pour qualifier les élus ayant des liens avec les milices.

Selon des résultats partiels du vote au Sénat, portant sur plus de 90% des suffrages, les Colombiens ont renouvelé leur confiance aux partis de la droite classique qui dominait la précédente assemblée, avec en tête le Parti social d’unité nationale et le Parti conservateur qui obtiendraient 50 sièges sur 102.
Mais ils ont également choisi pour le Sénat au moins 25 candidats poursuivis pour leurs liens avec les paramilitaires, ou apparentés à des personnes poursuivies pour ces liens, selon l’ONG Fundacion Nuevo Arco Iris, spécialiste du conflit colombien et des paramilitaires.

Une fois publiés les résultats pour la Chambre des représentants, ce nombre devrait encore augmenter, selon l’ONG Transparencia por Colombia, qui a identifié pour les deux chambres 35 … Lire la suite

Colombie : les ex-paramilitaires ont avoué avoir recruté plus de 1.400 enfants

BOGOTA (AFP) – Plus de 1.400 enfants ont été recrutés par les milices paramilitaires en Colombie entre les années 1980 et 2000, selon des témoignages de combattants démobilisés dans le cadre d’enquêtes judiciaires, a révélé vendredi le parquet colombien.
« Dans le cadre de la loi Justice et Paix – qui offre des amnisties partielles aux paramilitaires qui avouent leurs crimes, ndlr – les démobilisés ont fait état de 1.437 cas de recrutement illégal de mineurs », a précisé à l’AFP une source judiciaire.

Cette source a ajouté qu’au moins 1.000 de ces cas avaient été confirmés par des enquêtes du parquet.
Le parquet enquête sur les crimes commis par les anciens membres des Autodéfenses unies de Colombie (AUC, extrême-droite, démobilisées en 2006) et les milices qui les ont précédées.
Ces groupes armés, qui s’étaient créés à partir du début des années 1980 pour défendre les propriétaires terriens contre les guérillas d’extrême gauche avaient fini par contrôler, souvent par la terreur, d’immenses pans du territoire colombien et une grande partie du trafic de drogue.

En échange de leurs aveux, les démobilisés risquent une peine maximum de huit ans. Selon un rapport du parquet publié en juillet 2009 ils ont déjà … Lire la suite

Equateur : une experte de l’ONU dénonce la persistance du travail des enfants

Malgré les progrès réalisés, l’ampleur du travail des enfants en Equateur reste préoccupante et demeure un obstacle au développement, a souligné mardi la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur les formes contemporaines d’esclavage, Gulnara Shahinian, après une visite dans le pays..

« La servitude domestique et la servitude pour dette sont des défis qui restent à surmonter », a-t-elle dit, saluant néanmoins l’engagement sincère du gouvernement équatorien à éliminer le travail des enfants.

« Je trouve très encourageant le nombre d’initiatives exemplaires prises par le gouvernement d’Equateur, les agences de l’ONU, le secteur privé, les organisations non-gouvernementales et d’autres parties prenantes pour éradiquer les pires formes du travail des enfants », a-t-elle déclaré, « mais je regrette profondément que ces programmes n’aient pas encore atteint une couverture universelle et ne soient pas accessibles à tous ».

 

L’experte indépendante a aussi évalué, lors de cette mission, les questions de l’exploitation au travail, des traitements inhumains et dégradants et de la discrimination.

Ces situations, qui s’apparentent à des formes contemporaines d’esclavage, touchent particulièrement les réfugiés et les demandeurs d’asile venus de Colombie, ainsi que certains pans de la population équatorienne, comme les afro-équatoriens, les Montubios et les autochtones.

« Je suis très préoccupée Lire la suite