AILLEURS DANS LE MONDE…

Pendant que les grands médias se concentrent sur quelques sujets d’actualité, dont la révolution égyptienne, nous n’oublions pas le reste du monde…

Lundi 21 février 2011 – Guerre civile en Libye
En Libye, Kadhafi est arrivé au pouvoir en 1969 et s’est autoproclamé “Guide de la révolution”. Il exerce depuis un pouvoir sans partage.
Suite aux révolutions en Tunisie et en Égypte, des manifestations ont éclaté en Libye.
Plusieurs villes sont tombées aux mains des manifestants à la suite de défections dans l’armée.
Les violences ont atteint la capitale Tripoli, alors que Seif Al-Islam, le fils du leader contesté Mouammar Kadhafi, a brandi la menace d’un bain de sang dans le pays.
Le bilan des manifestations a atteint 233 morts, a indiqué lundi matin Human Rights Watch.
Source : AFP

 

Lundi 21 février 2011 – Bahreïn : des manifestants appellent au “renversement” de la famille royale
Comme dans beaucoup de pays du Moyen-Orient, des manifestations ont éclaté au Bahreïn, où la famille royale au pouvoir est sunnite. La majorité chiite (70% des 525.000 citoyens de Bahreïn) se plaint de subir des discriminations.
Une semaine de contestation a fait au moins 8 morts et plusieurs centaines de blessés.
Les souverains ont … Lire la suite

Afghanistan : Karzaï accepte deux étrangers à la commission des plaintes électorales

AP – Le président afghan Hamid Karzaï accepte désormais que deux étrangers siègent au sein de la commission des plaintes électorales, a annoncé samedi son porte-parole Waheed Omar.
M. Karzaï était très critiqué pour ce qui semblait être une tentative de prise de contrôle de cette institution.

Par un décret signé mi-février, il s’octroyait le pouvoir de nommer les cinq membres de cette commission, après consultation des présidents des groupes parlementaires et de la Cour suprême. Son porte-parole Syamak Herawi avait alors expliqué que les commissaires étrangers “ne se souciaient pas de l’intérêt national afghan”.
Avant ce décret, les Nations unies désignaient le président de la commission des plaintes électorales et deux autres membres, tandis que la commission des droits de l’Homme et la Cour suprême afghanes en nommaient chacune un.

Hamid Karzaï a fait marche arrière et accepte désormais la présence d’étrangers au sein de la commission, mais seulement deux afin que les Afghans y conservent la majorité, a expliqué son porte-parole Waheed Omar. Il accepte cette présence étrangère car le pays est encore en “phase de transition” vers la démocratie.
“Le gouvernement afghan a montré qu’il était disposé à accepter deux non-Afghans dans la commission des plaintes électorales … Lire la suite

Pakistan : l’armée engrange les succès contre les talibans

1- Quelques clefs pour comprendre
a- Un peu d’histoire
Suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux USA, attribués selon les Etats-Unis à Al Qaïda, une coalition internationale dirigée par les USA a délogé du pouvoir les talibans en Afghanistan. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain luttent contre eux en Afghanistan.
Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan.

b- Afghanistan et Pakistan : des frontières poreuses
Le Pakistan partage 2.600 km de frontière relativement poreuse avec l’Afghanistan, et les talibans se déplacent très facilement dans cette région peu gardée. Les talibans de l’Afghanistan ont ainsi toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan.
Les zones tribales semi-autonomes du nord-ouest du Pakistan, peuplées de tribus pachtounes, l’ethnie des talibans, servent donc de repaire à des groupes de talibans afghans et à des combattants d’Al-Qaïda, alliés à des talibans pakistanais regroupés sous la bannière du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP).

Les talibans pakistanais ont fait allégeance à Al-Qaïda et décrété, à l’unisson de ben Laden en personne à l’été 2007, le jihad à Islamabad et son armée pour … Lire la suite

La police turque interpelle 120 personnes soupçonnées de liens avec Al-Qaïda

 

AP – La police turque a lancé vendredi une vague d’interpellations dans tout le pays contre des personnes soupçonnées de liens avec le réseau Al-Qaïda, menant à l’arrestation de 120 personnes selon plusieurs médias turcs. Citant des sources officielles, l’agence de presse Anatolie précise que les suspects ont été arrêtés lors d’opérations menées simultanément dans 16 provinces. La police a également saisi des documents, des disques durs d’ordinateurs et des armes.

 

Selon la chaîne de télévision NTV, au moins 120 personnes ont été interpellées. Anatolie précise qu’un universitaire de Van, dans l’est du pays, a été placé en garde à vue. Il est soupçonné d’avoir recruté des étudiants et d’autres personnes pour les envoyer en Afghanistan, dans des camps d’entraînement.

La Turquie procède depuis plus d’un an à des interpellations dans les milieux extrémistes islamistes. La semaine dernière, la police avait déjà arrêté et interrogé 40 activistes présumés dans les villes d’Ankara et d’Adana, saisissant également des documents détaillant les activités d’Al-Qaïda. Vingt-cinq de ces militants ont ensuite été inculpés pour appartenance à une organisation terroriste, les autres remis en liberté.

 

Le quotidien Yeni Safak a rapporté cette semaine, sans citer ses source, que la police turque avait Lire la suite